Feeds:
Articles
Commentaires

Les négociations entre l’Iran et le P5+1 dans la capitale irakienne, les 23 et 24 mai 2012, n’ont pas avancé. Les négociateurs iraniens sont restés inflexibles alors que le front occidental s’effrite.

L’Irak était l’hôte du second round des négociations sur le dossier nucléaire iranien. Cette destination était pour Téhéran synonyme d’une compensation aux premières négociations à Istanbul. Symbolique, ce choix a eu pour but d’offrir aux négociateurs iraniens une atmosphère favorable à l’occasion de sa rencontre avec le groupe P5+1. Catherine Ashton, Haut Représentant de l’UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, a tenté plusieurs médiations pendant ses 48 heures avec le chef de la délégation iranienne, Saïd Jalili.

Lire la suite »

Publicités

À l’occasion du Sommet de l’OTAN à Chicago le 20 et 21 mai 2012, les alliés ont esquissé les premiers pas vers une sortie du territoire afghan après plus de dix années de conflit.

À Chicago, ville du président étasunien Barack Obama, l’Alliance Atlantique a souhaité clarifier son calendrier de départ depuis l’Afghanistan. Après une décennie de présence en Asie Centrale, les forces alliées entendent effectuer un transfert en douceur de son autorité militaire en direction des autorités afghanes. La détérioration sécuritaire sur le terrain soulève de nombreuses questions sur la suite. L’armée afghane a-t-elle les moyens de lutter contre les groupes armées qui sillonnent sur l’ensemble de son territoire ? Les Talibans finiront-ils par intégrer les forces de sécurité ou souhaiteront-ils pousser leur avantage jusqu’à Kaboul en renversant le président Hamid Karzaï ? Quel sera le poids politique et militaire des Occidentaux après 2014 ?

Lire la suite »

Le projet d’association de l’Arabie Saoudite et de Bahreïn suscite la controverse. Perçu comme une annexion par Téhéran, il constituerait une première étape vers une intégration politique de la péninsule arabique.

Ces derniers jours, Riyad et Manama ont entamé des discussions pour mettre en œuvre une union entre les deux pays. Le projet doit à terme concerner l’ensemble du Conseil de coopération du Golfe (CCG) qui regroupe six monarchies (Arabie Saoudite, Bahreïn, Émirats Arabes Unis, Koweït, Oman, Qatar). Officiellement, la démarche vise à redonner un second souffle à la coopération entre les États du Golfe en créant une zone de coopération politique. Officieusement, ce projet tend à servir de bouclier face à la menace iranienne.

Lire la suite »

Les élections législatives du 6 mai 2012 ont provoqué un chaos politique. Ingouvernable, la Grèce pourrait retourner aux urnes dans un mois. L’Europe s’inquiète.

Les négociations pour l’élaboration d’un gouvernement de coalition se sont poursuivies à Athènes. Après Antonis Samaras (Nouvelle Démocratie), Alexis Tsipras (SYRIZA), ce fût au tour du leader du PASOK Evangelos Venizélos qui s’est évertué à former un gouvernement. Même si un relatif optimisme est survenu jeudi 10 mai, les discussions ont été ténues. L’option retenue avait été la création d’une coalition se composant du parti Nouvelle Démocratie, du PASOK et de la Gauche démocratique, dirigé par Fotis Kouvelis. Fragile cette coalition tripartite avait l’avantage de posséder la majorité parlementaire pour diriger les affaires du pays.

Lire la suite »

Alors que l’ensemble de la classe politique israélienne s’apprêtait à vivre des élections anticipées, le 4 septembre 2012, le Premier ministre Benyamin Netanyahu a annoncé la formation d’un gouvernement d’unité nationale avec Shaul Mofaz.

La formation d’un gouvernement d’unité nationale avec l’entrée du parti centriste Kadima, dirigé par son nouveau leader, Shaul Mofaz, annule de facto les élections anticipées. Celles-ci devaient avoir lieu à la fin de l’été, où Benyamin Netanyahu apparaissait être largement en tête. La création de ce nouveau gouvernement d’unité garantit au leader du Likoud une forte stabilité au sein de la Knesset. Pour la gauche israélienne, cette nouvelle résonne comme un véritable coup de poignard.

Lire la suite »

Nicolas Le Pen

En écho à un éditorial du Wall Street Journal, la droitisation du discours du président français est plus que jamais de mise pour le second tour. Face à la montée du Front National, il a décidé de rompre les digues séparant l’électorat frontiste à celui de l’UMP.

Nicolas Sarkozy, arrivé second au premier tour (27,18%), derrière François Hollande (28,62%), se retrouve esseuler avec une marge de manœuvre très affaiblie. L’ampleur du score de Marine Le Pen (17,9%) condamne le président français à élargir son discours à sa droite avec le risque d’y perdre son centre.

Lire la suite »

En visite en Europe du Nord, le Premier ministre chinois, Wen Jiabao, réaffirme l’ambition de Pékin (Beijing) de mettre un pied en Arctique. Une offensive stratégique de premier ordre.

La Chine veut tisser sa toile dans la région polaire (© F.V.)

Alors que l’économie mondiale est en convalescence prolongée, les ambitions de la Chine semblent ne connaître aucune limite. L’augmentation conséquente de son budget militaire, l’élaboration d’un programme spatial, une implantation sur tous les continents illustrent parfaitement la progressive montée en puissance de Pékin sur la scène internationale. La deuxième puissance mondiale vise désormais la riche région de l’Arctique. Une donne qui risque de bouleverser la donne géostratégique pour l’Occident.

Lire la suite »