Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Web’ Category

Patrick Roy, député du Nord, a été vaincu par le cancer. L’homme à la veste rouge aura marqué pour longtemps la vie de l’Assemblée Nationale. Hommage.

La scène politique française vient de perdre probablement son élu le plus atypique. Patrick Roy, 53 ans, vient d’être emporté par un cancer du pancréas. Affaibli, le député souhaitait jusqu’au bout garder espoir et surpasser ce mal rongeant. Cet ancien instituteur fait ses premiers pas au Palais Bourbon, en 2002, et devient maire, en 2008, de la commune de Denain. L’édile s’est fait rapidement apprécier de ses administrés. Loué pour sa simplicité, son courage et son intégrité, Patrick Roy laisse un vide dans le paysage politique français.

(suite…)

Read Full Post »

Alors que le jouet de Mark Zuckerberg connaît une audience sans précédent, Facebook a perdu son intérêt originel

FacebookFacebook a perdu de son originalité. Facebook est devenu un exutoire pour exprimer sa différence. Facebook n’est plus qu’un gadget parmi d’autres. Facebook connaît d’énormes difficultés à se renouveler.

Alors que d’autres plateformes ont vu le jour, avec des objectifs précis : Tumblr, Twitter, LinkedIn, Viaveo,… ; Facebook a vu une augmentation exponentielle de ses membres. Avec plus de 400 millions d’inscrits, l’équipe de Mark Zuckerberg peut se targuer d’être le réseau social le plus populaire de l’ère du Web 2.0. Cependant cette quantité s’est faite au détriment d’une qualité. Une pauvreté du contenu qui est allée crescendo. Aujourd’hui, l’essoufflement du réseau social apparaît incontestable.

(suite…)

Read Full Post »

Au cours de son Université d’été à Seignosse, le Mouvement démocrate lançait son site internet

Le tout nouvellement créé Mouvement démocrate organisait du 13 au 16 septembre son Université d’été à Seignosse dans les Landes. En marge de ce Forum des démocrates était mis en ligne le site internet du parti, que l’on attendait depuis le lancement du mouvement lors des élections législatives de juin dernier, et dont l’adresse (mouvementdemocrate.fr), qui figurait pourtant sur le matériel de communication, redirigeait invariablement vers le site de François Bayrou (bayrou.fr).

La page d'accueil du site du MoDem
La page d’accueil du site du MoDem

(suite…)

Read Full Post »

Le Monde est à nous réaffirme son opposition à la diffusion de premières estimations avant 20h

Pas de résultats avant 20h !

Après s’être associé à l’appel lancé par Versac aux blogueurs à la veille du premier tour (Pas de résultats avant 20h !), Le Monde est à nous réitère pour le deuxième tour son refus d’outre-passer les règles régissant cette élection, quoi qu’on pense d’elles par ailleurs.

Respectons ces règles aujourd’hui mais discutons-en demain. Dans une société où les médias se multiplient et où Internet s’affirme comme étant en passe de devenir dans les prochaines années l’un des premiers vecteurs d’information, les règles du temps de parole (s’applicant uniquement à la radio et à la télévision) et de non-communication des premières estimations avant 20h sont-elles toujours tenables et allant dans le sens de la démocracie ?

L’après-élection sera l’occasion d’ouvrir à chaud ce débat fondamental pour l’avenir des médias et « Arrêt sur images », l’émission de décryptage des médias sur France 5, dans son émission du 29 avril a d’ores et déjà donné des premières pistes de réflexion à ce sujet .

La Rédaction

Read Full Post »

Des blogueurs menacent de publier les premières estimations avant 20h

Publier les premières estimations avant 20h, dimanche 22 avril, au soir du premier tour, c’est interdit mais certains blogs veulent le faire, quitte à remettre en cause la validité du scrutin. Droit à l’information disent ces blogueurs dont Jean-Marc Morandini, ex-apôtre de la télévision poubelle sur TF1, fait partie (relent de ses périodes peu glorieuses ?). Bêtise, irresponsabilité et désir de faire parler de soi en réalité. Car si les médias ne sont autorisés à divulguer les premières estimations qu’après 20h, heure de fermeture des derniers bureaux de vote dans les grandes agglomérations, c’est afin de ne pas influencer les électeurs qui, sachant les premiers résultats, seraient tenter de modifier leur suffrage.

Aux Etats-Unis, pays à fuseaux horaires, il est techniquement impossible de respecter cette règle, mais un choix qui se fait entre seulement deux candidats principaux et l’étroitesse des écarts entre les deux candidats n’a que pour effet d’inciter les gens à réaliser leur devoir de citoyens plutôt qu’à changer leur vote en faveur d’un vote utile.

Mais en France, où plusieurs candidats sérieux sont en course, la connaissance des premiers résultats aurait pour effet de contraindre certains électeurs à un vote utile. De plus, on pourrait imaginer que de nombreux habitants de grandes villes attendraient de connaître les premières estimations avant d’aller voter, d’où une certaine inégalité avec les habitants des petites villes et des campagnes dont les bureaux de vote ferment à 18h et qui voteraient ainsi « à l’aveuglette ».

Le Monde est à nous s’associe aux autres blogueurs et notamment à Versac (voir son « appel aux blogueurs » sur son site) pour s’engager à ne pas diffuser de résultats (ce que nous ne sommes pas en capacité de faire, de toute façon) et pour dénoncer ces intentions malveillantes, irresponsables et dangereuses pour la démocratie.

Pas de résultats avant 20h !

Ce problème montre toutefois la manière dont Internet et la blogosphère ont pris une place importante dans cette campagne, et c’est la première fois. Il pose par là même la question des lois électorales en matière de temps de parole, de diffusion des résultats et plus généralement d’éthique de campagne, qu’il va falloir, dans le futur, tant Internet réussit à les contourner. En l’état des choses, soyons citoyens !

La Rédaction

Read Full Post »

Une interview du Ministre des Affaires étrangères par le PoliTIC’Show

TIC et Resto, émission d’entretien du PoliTIC’Show, accueille pendant près d’une heure Philippe Douste-Blazy, Ministre des Affaires étrangères (qui acceuille lui-même les journalistes au Quai d’Orsay) pour discuter de politique étrangère. Celui que l’on raille et critique pour sa soi-disant méconnaissance des problèmes internationaux, délivre ici une vision globale, éclairée et humaniste des problèmes du monde et de l’Europe, et des solutions à y apporter.

On ne dira jamais assez sur ce blog, tout le bien que l’on pense du PoliTIC’Show. Après un vidéo entretien fleuve avec François Bayrou que nous avons précédemment diffusé, nous réitérons nos compliments et notre plaisir à assister à une interview politique qui ne soit pas formaté et où l’on prend le temps. Les idées ne sont ni des slogans, ni un catalogue de mesures mais le cheminement d’une pensée qu’il est nécessaire d’expliquer. Les journalistes du PoliTIC’Show l’ont bien compris.

Philippe Douste-Blazy parle de lui, de son parcours en politique, développe ses idées et se laisse guider par les questions intelligentes de Nicolas Voisin, qui ne cherchent pas à défier ou à piéger l’interlocuteur, comme c’est souvent le cas dans les interviews politiques des médias traditionnels, mais qui cherchent plutôt à éclairer le débat, à pointer des problèmes spécifiques et à créer une empathie.

La manière de filmer renouvelle également le genre de l’interview politique : caméra au point, en gros plan permanent sur l’interviewé, on ne s’attarde pas sur l’intervieweur. On regarde l’homme politique dans les yeux, comme pour y chercher sa sincérité.

Les médias n’ont pas besoin d’être impertinents et insolents pour faire du bon journalisme. Ecouter, laisser parler et laisser juger, qui le fait encore à la télévision ?

R.C.

Read Full Post »

Le buzz de la campagne prend le pas sur le débat d’idées

Campagne longue, très longue, trop longue. Usure des candidats et de leur discours, on n’a plus rien à dire. Mais puisqu’il faut quand même dire quelque chose, on brasse du vent. Ou alors on commente, on monte en épingle ce qu’un adversaire à dit, quitte à déformer ses propos pour en tirer du jus. C’est devenu une tradition, Les candidats commentent chaque matin les petites phrases de la veille que les médias leurs servent sur un plateau. « Machin a dit ça, qu’en pensez-vous ? » Forcément du mal. Comme si la campagne ne se résumait qu’à ces commentaires. A longueur d’interviews, on passe plus de temps à dénigrer ce qu’a dit l’adversaire plutôt qu’à développer ses propres idées. Il est plus facile de démolir que de construire. Les intervieweurs jouent le jeu autant que les interviewés, on attend le dérapage, la formule qui fera polémique, que tous les autres médias reprendront et dont on sera fier d’être l’accoucheur.

Dans ce registre, Devoir de réponse, émission diffusée sur le site Sarkozy.fr, explore les ultimes tréfonds du système. Elle invente le commentaire instantané. Fini les heures interminables à attendre pour savoir ce que l’UMP pense de la dernière déclaration de Ségolène Royal. Assise près d’un moniteur diffusant l’émission de TF1 du 19 février dernier, J’ai une question à vous poser, consacrée à Ségolène Royal, on a proposé à Rachida Dati, porte-parole de Nicolas Sarkozy, de suivre l’émission en direct et de donner ces réactions. Déception, elle n’a rien à dire, si ce n’est ressasser les éternels critiques de l’UMP envers la candidate socialiste sur son manque de consistance. L’intervieweur lui pose une question, ses yeux cherchent une réponse, quelque chose à dire, mais les mots ne viennent pas, elle bafouille. A peine réussit-elle à répéter la question en guise de réponse. Faut-il toucher le fond pour remonter à la surface ?

R.C.

* Voir l’article précédemment paru sur ce blog, « L’emballement médiatique »

Read Full Post »

Une blague de Rachida Dati sur le « Kärcher » de Sarkozy, se retrouve sur Internet

Cette vidéo circule intensément sur Internet depuis quelques jours. Elle a été la première fois diffusée par LaTéléLibre.fr, puis a été ensuite largement répandue sur les sites d’hébergement de vidéos, Dailymotion et Youtube. On y voit Rachida Dati, porte-parole de Nicolas Sarkozy, réalisant un entretien avec Paul Vermus, journaliste à VSD, et Bruno Julliard, président de l’UNEF, dire, sur le ton de la plaisanterie, qu’elle se verrait bien en « Ministre de la rénovation urbaine à coup de Kärcher », en référence à la tristement célèbre remarque de Nicolas Sarkozy sur les banlieues. La phrase dite, un de ses conseillers se retourne et mentionne la caméra, présente pour faire un reportage sur Bruno Julliard. Rachida Dati s’énerve et demande qu’on coupe, ayant visiblement oublié sa présence. La maison de production réalisant le reportage flaire tout de suite le bon filon et fait le tour des chaînes de télévision pour tenter de vendre sa pépite. Seule LaTéléLibre.fr, chaîne de télévision sur Internet, acceptera ce off supposé « révélateur de l’état d’esprit de la porte-parole du candidat Nicolas Sarkozy », les chaînes de télévision traditionnelles n’ayant pas jugé bon de le diffuser.

Nouvelle preuve de la connivence entre hommes politiques et médias dira-t-on, et LaTéléLibre.fr pourra se vanter d’être libre et indépendante, seule osant diffuser ce off. Débat classique. S’est-on seulement posé la question du respect de la vie privée ? Comme s’il fallait systématiquement mettre une caméra sous le nez des hommes politiques pour mettre à jour leur prétendue hypocrisie.

Pierre Carles, en 1996, dans un documentaire intitulé Pas vu à la télé (refusé par Canal+ et dont le refus avait fait l’objet lui-même d’un documentaire, Pas vu pas pris), avait fait le tour des responsables d’informations des grandes chaînes en leur demandant pourquoi il ne diffusait pas un extrait volé dans lequel on voyait Etienne Mougeotte (déjà directeur des programmes de TF1) faire du lobbying auprès de François Léotard (alors Ministre de la Défense). L’objet du reportage étant là aussi de dénoncer la connivence, ces hommes politiques que les médias ne veulent pas fâcher.

Chaque homme a droit à sa vie privée et à droit de refuser que l’on diffuse des images ou des vidéos de lui sans son consentement. C’est de la déontologie journalistique et non de la connivence que de refuser de diffuser des extraits volés. Les mêmes qui déplorent que l’on ne passe pas ses extraits dans les grands médias doivent déplorer également que la presse à scandale se fasse des millions sur le dos des stars, ses victimes. Et puis y a-t-il quelque chose de fondamentale pour la démocratie à savoir que Rachida Dati a plaisanté sur le mot « Kärcher » ? Bien sûr, cela peut révéler un « état d’esprit » mais elle est libre de le faire connaître ou non.

En revanche la diffusion d’un off de Dominique Strauss-Kahn lors d’un reportage de l’émission Dimanche +, se justifiait par le fait qu’il montrait de manière claire comment le responsable socialiste avait essayé de manipuler le reportage : Surpris par des micros restés ouverts, on l’entendait se faire dire par son conseiller en communication d’emmener l’équipe de tournage dans une Fnac pour y acheter devant la caméra un CD de Cauet et ainsi faire bonne figure auprès de l’électorat jeune. La vie privée s’arrête là où commence la malhonnêteté et donc le journalisme.

R.C.

Read Full Post »

Une vidéo diffusée sur Internet dévoile les intentions de vote d’Alain Duhamel

Vendredi dernier, le journaliste politique Alain Duhamel a décidé de suspendre ses activités à la radio sur RTL et à la télévision sur France 2 suite à la diffusion sur Dailymotion d’une vidéo tournée à Sciences Po Paris lors d’une conférence. Dans cette vidéo, où il parle de François Bayrou et de sa campagne, Alain Duhamel déclare qu’il « aime bien » le président de l’UDF et qu’il va voter pour lui. Tollé. La vidéo est vue par plus de 100 000 internautes en moins de deux semaines et Alain Duhamel est obligé de venir s’expliquer sur l’antenne de sa propre radio et d’annoncer qu’il suspend ses activités journalistiques le temps de la campagne, en accord avec ses supérieurs, sa neutralité étant mise en cause.

Depuis ce retrait de nombreux journalistes sont montés au créneau pour défendre Alain Duhamel et fustiger le politiquement correct qui interdirait aux journalistes d’exprimer leurs opinions. On peut comprendre l’émotion de ces journalistes et du public étant donné la longétivité d’Alain Duhamel dans les médias (plus de trente ans) et le respect dont il jouit au sein de la profession. Cependant, comme il l’a lui-même avoué, ses éditoriaux et ses interviews auraient été forcément analysés à la lumière de sa prise de position. Son retrait était alors nécessaire. Pourquoi alors Béatrice Schoenberg, épouse de Jean-Louis Borloo, et Marie Drucker, compagne de François Baroin, devraient arrêter la présentation de leurs journaux télévisés respectifs le temps de la campagne, alors qu’Alain Duhamel pourrait rester en place ? De plus, elles n’ont jamais exprimé publiquement leurs opinions, c’est leur affinité avec des hommes politiques qui est en cause. Alain Duhamel, lui, a été beaucoup plus explicit. On n’a pas beaucoup entendu les journalistes qui soutiennent Alain Duhamel sur les cas Béatrice Schoenberg et Marie Drucker.

On se plaint du politiquement correct, de journalistes sans opinions, mais quelle serait la situation si tous les journalistes les revendiquaient ? On aurait des chaînes de droite , comme Fox News aux Etats-Unis, et des chaînes de gauche roulant pour le pouvoir suivant la tendance du gouvernement. Des journalistes comme Jean-François Kahn ou Yves Michaux se plaignent de ce que les médias roulent pour Nicolas Sarkozy (sans pour autant avoir de preuves) et y voient un danger pour la démocratie. Que dirait-on si ces soutiens médiatiques au candidat de l’UMP étaient revendiqués ? On s’insurge devant un cas de suspension d’un journaliste alors qu’il est clair qu’aucun citoyen, intellectuel ou homme politique ne souhaiterait que les journalistes révèle leur vote. Nous devrions être fier que nos médias soient si soucieux de leur indépendance et cherchent plus que tout à délivrer une information non-partisane, même si cela donne l’impression parfois que l’information est trop lisse à force de vouloir être neutre.

Par ailleurs Alain Duhamel a regretté lors de son entretien avec Jean-Michel Aphatie sur RTL que ses « propos privés » se retrouvent en public. C’était lors d’une conférence à Sciences Po ouverte aux élèves, pas lors d’une conversation entre amis. Qu’y a-t-il de privé là-dedans ?

R.C.

Read Full Post »