Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Afrique’ Category

Ce jeudi 20 octobre 2011, Mouammar Kadhafi a définitivement perdu face aux insurgés. La révolution a eu raison de lui ; pour la Libye, le plus dur reste à faire.

Alors que les derniers combats faisaient feu dans le dernier bastion kadhafiste, les informations ont circulé à la mi-journée sur l’arrestation de Mouammar Kadhafi. Très vite, toutes les rumeurs ont circulé sur l’état de santé de l’ancien guide libyen. Mais la chaîne d’information panarabe, Al Jazeera, indique la mort de Kadhafi. Les conditions du décès de ce dernier restent encore troubles. Officiellement, il est mort dans l’ambulance, officieusement, images et vidéos à l’appui, il aurait subi la vindicte populaire. L’horreur du spectacle rappelle la violence de tout processus révolutionnaire. En Libye, celui-ci n’est qu’à ses débuts.

(suite…)

Read Full Post »

La confirmation de discussions entre les forces rebelles et le régime de Kadhafi, à Oslo, ramène la Norvège à ses vieilles traditions : la médiation.

Jonas Gahr Støre, ministre des Affaires étrangères, a-t-il une idée derrière la tête?

Alors que la situation n’avance pas sur le plan militaire, les options diplomatiques semblent de nouveau sortir des cartons. Les bombardements de l’OTAN ont affaibli les forces loyalistes de Mouammar Kadhafi mais l’intervention n’a pas permis, jusqu’à présent, une victoire décisive des forces de Benghazi. Désormais, l’enjeu militaire se situe autour de la région de Tripoli. La capitale libyenne demeure la clé de voûte pour mettre un point final au régime de Kadhafi. Les livraisons d’armes, désormais stoppées, par la France, auprès des rebelles ont provoqué la colère de la Russie. La diplomatie russe estime que ces livraisons constituent une violation flagrante de la résolution 1973 adopté par le Conseil de sécurité des Nations Unies. Même si le sort de Kadhafi est acté, la situation sur le terrain s’est enlisée.

(suite…)

Read Full Post »

Orphelin de leur leader idéologique, l’activité des membres d’Al Qaïda au Maghreb islamique menace la stabilité des États de la région du Sahel.

Si la mort de Ben Laden soulage les États-Unis, Al Qaïda reste toujours active. Même si la mouvance n’a plus les moyens d’opérer des attaques terroristes de grandes envergures en Occident, depuis dix ans, des ramifications ont émergé un peu partout dans le monde musulman. La région qui attire tous les projecteurs est le Sahel.

(suite…)

Read Full Post »

Après la réussite des soulèvements populaires en Tunisie et en Égypte. Un tourbillon s’est emparé du monde arabe…

L’année 2011 avait étrangement débuté avec l’annonce de morts suspectes d’oiseaux, de poissons… ; à travers le monde. Comme un signe de mauvais présage. Très rapidement, le soulèvement en Tunisie a mobilisé la scène internationale. En l’espace de quelques jours, le peuple tunisien a déposé Zine El Abidine Ben Ali. Les révoltes avaient débuté en décembre. Pour le pouvoir tunisien, elles ont rapidement tourné à l’aigre.

(suite…)

Read Full Post »

Le leader libyen s’est lancé dans une véritable vendetta publique contre la Suisse. Un appel affligeant et dangereux

Kadhafi Suisse Jihad Conflit Europe

Le vieux lion n'en démord pas, la Suisse doit payer

L’honneur bafoué de la famille Kadhafi vaut bien une crise diplomatique. Jeudi 25 février 2010, le leader libyen a lancé un appel au Jihad à tous les musulmans. De Benghazi, il a invité ces derniers à lutter « contre la Suisse mécréante et apostate qui détruit les maisons d’Allah que le jihad doit être proclamé par tous les moyens », à l’occasion de la célébration du Mouloud, commémorant la naissance du prophète Mahomet.

(suite…)

Read Full Post »

La visite du colonel Kadhafi en France suscite de nombreux émois mais révèle l’échec de la stratégie diplomatique de Nicolas Sarkozy.

Kadhafi et Sarkozy
Le colonel Kadhafi peut lever le poing, Nicolas Sarkozy lui rachète une virginité

Il n’en demandait pas tant, mais Nicolas Sarkozy lui a tout donné. Mouammar Kadhafi a mené de main de maître son séjour en France. Il a pris à revers la stratégie du président français. Il a marqué des points incontestables auprès de l’ensemble des Africains. Il a endossé le rôle du vieux sage africain venant donner des leçons à la vieille Europe, ancienne colonisatrice.

(suite…)

Read Full Post »

Nicolas Sarkozy entendait se saisir du dossier. Condoleezza Rice avait effectué le déplacement

A l’heure où le Moyen-Orient s’enfonce toujours un peu plus dans l’impasse, les gouvernements Occidentaux se sont penchés, en juin dernier, sur la question du Darfour. Durant la campagne électorale française, Bernard-Henri Lévy avait ostensiblement souligné la nécessité pour la communauté internationale de se saisir du conflit où les voyants sont rouges. Les crimes commis dans cette partie de l’Afrique ont une connotation de plus en plus génocidaire.

Bernard Kouchner et Condoleezza Rice
Bernard Kouchner, ministre français des Affaires étrangères, et Condoleezza Rice, Secrétaire d’Etat américain au chevet du Darfour

La mobilisation se poursuit au sein des ONG, les États-Unis sont au cœur de cette mobilisation, ainsi l’ONG Save Darfur. Le mouvement a réussi à mobiliser plus de 185 organisations autour de cette thématique. De nombreuses personnalités se sont sensibilisées pour la cause, les meetings et les conférences se multiplient à de nombreux endroits aux États-Unis.

L’affiche de la réunion du 25 juin 2007 à Paris, sur la crise au Darfour, semblait belle : seize nations et six organisations internationales. Pourtant le bilan de cette rencontre conduite sous les auspices du président français n’est pour l’heure pas fructueux. Les acteurs de la conférence se sont accordés sur la nécessité d’une action rapide pour résoudre une crise qui n’en finit plus. L’objectif, affiché par Paris, apparût clair au début de la rencontre qui est d’amener « un consensus international sur les actions à mener au cours des prochaines semaines ».

Le Darfour, nouveau génocide sur le continent africain ?
Le Darfour, nouveau génocide sur le continent africain ?

Les moments de compassion passés, le premier objectif de la réunion à Paris était de ramener la question du Darfour sur le terrain politique comme l’indique le ministre suédois des Affaires étrangères, Carl Bildt avec la « nécessaire unité d’une communauté internationale qui doit faire pression tout autant sur le gouvernement soudanais que sur les rebelles du Darfour ». Cependant, la réunion s’est déroulée avec l’absence notoire du Soudan et de l’Union Africaine (UA).

La situation présente est dramatique, de nombreux réfugiés du Darfour se sont arrivés au Tchad. Ceux-ci décrivent la situation chaotique dans la région soudanaise. Si les diplomates s’affairent dans les grandes conférences, la situation sur le terrain est catastrophiques où les atrocités commises ne cessent de perdurer. Car un point devra être soulevé, une fois le calme retrouvé dans la région : la question du jugement des coupables. La Cour Pénale Internationale s’est déjà saisie du dossier. La mauvaise volonté de coopération des autorités de Khartoum freine les possibilités de la mise en place d’un Tribunal International sur le Darfour. En outre, pour la justice internationale, l’identification des janjawids pourrait demeurer une tâche ardue. Les janjawids, ces « cavaliers de l’apocalypse » qui sèment la terreur à l’est du Soudan, demeurent à l’heure actuelle assez trouble sur leur identité. De nombreux réfugiés soudanais, au Tchad, évoquent des milices arabes bien organisées. Mais d’autres groupuscules agissent ayant la liberté d’action dans ce théâtre chaotique.

Un autre point de blocage s’est dessiné : le rôle de la Chine. Les Chinois qui se sont rendus à la conférence n’entendent pas revoir leur politique bilatérale avec les Soudanais. Sur le plan des échanges économiques, le gouvernement de Khartoum dépend grandement de la Chine. En effet, 71% des exportations soudanaises sont destinées à la République Populaire de Chine. Une large partie est constituée des exportations pétrolières, les compagnies pétrolières se sont vues attribués ces dernières années de nombreuses concessions. En échange, les autorités de Pékin se montrent particulièrement bienveillantes dans la livraison d’armes. Repoussant les limites d’un embargo imposé, les Soudanais et les Chinois ont affrété des avions repeints de blanc estampillés « UN » pour poursuivre le transfert en armement.

L’idée d’un boycott des J.O. de Pékin en 2008 a été émise par de nombreuses personnalités occidentales. Cependant, les intérêts commerciaux et la réalité économique ont mis rapidement en veilleuse cette idée. Or, il semble que pour l’Occident faire pression sur le gouvernement chinois apparaît indispensable pour stopper les actes génocidaires au Darfour. La dépendance créée avec l’économie chinoise a pris au piège les pays occidentaux qui, désormais, n’ont pas les marges de manœuvres nécessaire pour taper du point fort.

Preuve d’une faiblesse occidentale, la Maison Blanche, en plus de la pression internationale, a accepté la mise en place d’une étroite collaboration avec la Cour Pénale Internationale. Les États-Unis qui ont rejeté cette idée quelques années plutôt, ceux-ci ne voulant pas voir leurs citoyens traînés devant une justice internationale encore hybride. Désormais, les États qui se prévalent de défendre les Droits de l’Homme, au même titre que les instances internationales, se doivent d’agir au plus vite pour sauver une région au bord de l’éradication.

F.V.

Read Full Post »

Older Posts »